Immobilier

Vendre à un promoteur immobilier : les pièges à éviter

Vous possédez un terrain, une maison ou un bureau que vous souhaitez vendre à des promoteurs. C’est une idée fantastique ! Ce type de vente peut vous permettre de réaliser une plus-value impressionnante. Êtes-vous prêt à déjouer les pièges ?

Comment déterminer la valeur de votre terrain pour le vendre à des promoteurs ?

Vous êtes probablement conscient que la vente de votre maison peut être extrêmement rentable lorsque vous lisez ceci. Les bénéfices que vous pouvez réaliser en vendant votre maison à des promoteurs sont généralement compris entre 30 et 50 %, par rapport à une vente entre particuliers. C’est simple à expliquer. Le promoteur calcule sa valeur sur le projet de construction qu’il pourra réaliser sur votre terrain.

Il y a deux coûts pour votre terrain :

  • Le prix de vente immédiat : C’est le montant auquel votre maison peut être vendue dans son intégralité à un acheteur particulier. Il s’agit de la valeur du marché, même si elle peut être négociée.
  • Le prix de construction possible : c’est le montant auquel vous pouvez céder votre propriété à une société de promotion immobilière. Cette valeur est directement liée aux droits de construction qui sont attachés à votre terrain. Cette valeur est déterminée par le constructeur après avoir étudié les différents documents d’urbanisme pour la planification (plan local d’urbanisme, carte de la zone locale, etc.) ).
Découvrir aussi :  Quelle durée d'occupation pour une résidence principale ?

L’emplacement du terrain ainsi que la surface constructible du terrain sont déterminants pour fixer le prix possible de la construction. Il existe des contraintes supplémentaires telles que la qualité du sol, la disponibilité des places de parking et d’autres limites de construction. ).

L’emplacement et les caractéristiques d’un terrain ou d’une maison peuvent avoir un impact majeur sur le prix. Deux propriétaires d’un terrain dans la même ville peuvent recevoir des offres différentes sur leur bien.

Être conscient du coût de construction de votre propriété est l’un des plus grands risques à éviter lorsque vous vendez votre terrain à des promoteurs. Il est crucial de rester bien informé et de demander conseil à un professionnel.

Évitez les pièges de la négociation avec un promoteur immobilier

Connaître la valeur de votre propriété peut ne pas suffire. Les promoteurs immobiliers sont habiles en matière de négociations. Le décompte est un document financier qu’ils utilisent comme base pour faire leurs choix. Le décompte comprend toutes les dépenses comme le coût du chantier de construction ainsi que le montant de l’entretien. Pour déterminer la valeur d’achat du terrain, on soustrait le revenu estimé de la société immobilière.

Certaines personnes ne sont pas en mesure de comprendre les détails des négociations concernant le prix de vente de leur maison.

Il est également essentiel de connaître les conditions suspensives qui seront probablement incluses dans votre engagement. Ces conditions définiront vos obligations envers le promoteur. Ce contrat peut prêter à confusion, et vous devez en connaître les principaux détails.

Découvrir aussi :  Faire réaliser des clichés par un photographe immobilier : quel coût ?

La vente est conclue. Vous devez négocier une augmentation des bénéfices. Le propriétaire pourrait être financièrement motivé par les résultats positifs du développement.

Après quelques mois, la vente est résiliée. Vous devez avoir établi les conditions d’un paiement compensatoire qui représente généralement 5 à 10 % du prix de vente total. Si votre projet est annulé, le propriétaire se retrouvera en possession de son bien et devra tout recommencer.

Attention aux délais de prescription lors de la vente à un promoteur

Nous tenons également à souligner les délais de prescription lors de la vente de promoteurs immobiliers. Il faut compter en moyenne 18 mois entre la signature d’un contrat de vente et la date de signature de l’acte de vente.

Le permis de construire est le processus le plus long, et il est définitif. La ville lance les études architecturales après que le vendeur et le promoteur ont conclu un accord contraignant de vente. En général, le promoteur soumet sa demande de permis de construire à la mairie dans un délai de trois mois.

Les résidents ont ensuite deux mois pour annuler le plan de construction pendant deux mois. Le développement immobilier n’est pas toujours vu d’un bon œil par la communauté. La procédure de recours peut être soumise au maire directement ou devant le tribunal. Le délai d’appel peut être plus long. L’administration dispose de 3 mois pour effectuer des recherches et décider d’approuver ou non le projet.

Il est donc conseillé de s’adresser à des agents immobiliers qui vous aideront à concevoir une maison conforme aux exigences de la ville. Ils sont également en mesure de résoudre tout conflit potentiel avec les résidents.

Découvrir aussi :  Combien coûtent les diagnostics immobiliers obligatoires ?