Immobilier

Chauffage à gaz bientôt interdit dans les logements neufs

D’ici l’été 2021, l’utilisation exclusive du chauffage à gaz sera interdite dans les logements neufs. En effet, cette décision a été prise et officialisée par la nouvelle réglementation environnementale. Tout d’abord, cette révolution touchera les maisons individuelles. Plus tard, elle concernera aussi les logements collectifs. Focus sur ce grand bouleversement en faveur de l’environnement.

Interdiction du chauffage à gaz : quelles sont les causes ?

L’interdiction du gaz dans les futurs logements neufs suit la réglementation environnementale (RE 2020) qui impose aux nouvelles constructions des seuils de consommation énergétique. Ici, l’objectif principal de cette révolution consiste donc à limiter les émissions de gaz à effet de serre des nouveaux bâtiments.

Aujourd’hui, ce sont encore 21% des maisons neuves et 75% des logements collectifs qui utilisent le chauffage au gaz naturel. Pour l’environnement, ce mode de consommation représente un impact important. D’après la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, cette décision acte « la disparition progressive des logements neufs chauffés au gaz ».

Dans plusieurs pays européens, le sujet de la transition écologique prend de plus en plus d’ampleur. Aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni par exemple, plusieurs réglementations similaires sont déjà entrées en vigueur. D’après un rapport du Haut conseil pour le climat (HCC), la France serait d’ailleurs en retard sur la transition écologique en comparaison avec ses voisins européens.

Découvrir aussi :  Les points forts de Bordeaux pour votre achat immobilier

Quelles sont les conséquences de cette nouvelle réglementation ?

En France, les bâtiments sont les deuxièmes émetteurs de gaz à effet de serre après les transports. Ainsi, l’objectif de l’interdiction du chauffage à gaz consiste à réduire de 30% la consommation d’énergie des bâtiments. Cependant, la RE 2020 s’appliquera uniquement à partir de l’été 2021, sur les logements, les bureaux et les bâtiments d’enseignement neufs.

En France, les bâtiments sont les deuxièmes émetteurs de gaz à effet de serre après les transports. Ainsi, l’objectif de l’interdiction du chauffage à gaz consiste à réduire de 30% la consommation d’énergie des bâtiments. Cependant, la RE2020 s’appliquera uniquement à partir de l’été 2021, sur les logements, les bureaux et les bâtiments d’enseignement neufs.

Pour la ministre de la Transition écologique, cette application fait suite aux différentes démarches liées à « un défi environnemental majeur ». Plus précisément, elle concerne donc tous les projets dont la demande de permis s’effectuera après l’été 2021. En ce qui concerne les bâtiments neufs et les logements collectifs donc, ils pourront conserver le gaz jusqu’en 2024.

En effet, il est important d’attendre que les différentes alternatives comme la chaufferie biomasse, la pompe à chaleur collective ou le solaire thermique continuent à se développer avant d’être sollicités à grande échelle. Pour les maisons individuelles, il est déjà possible d’opter pour ces solutions qui réduisent l’utilisation du chauffage à gaz.

Il faut savoir que cette décision aura aussi un impact sur les acteurs du secteur énergétique. A compter de la date fixée, les logements neufs ne pourront donc plus solliciter les fournisseurs de gaz pour le chauffage.

Découvrir aussi :  Crédit immobilier : opter pour l'épargne ou l'emprunt à long terme ?

Concrètement, l’utilisation du gaz ne sera pas interdite dans les logements. Cependant, la RE 2020 impose un seuil d’émission de gaz à effet de serre de 4 Kg/an/m² pour les maisons et de 14kg/an/m² pour les appartements dans un premier temps, avant l’officialisation des nouvelles réglementations d’ici 2024. Pour se préparer au changement à venir, les travaux d’isolation permettant d’améliorer les performances énergétiques d’un appartement sont recommandés.

Quelles solutions pour le chauffage à partir de 2021 ?

A partir de 2021, il est donc recommandé pour les propriétaires de logements neufs ou anciens d’opter pour un nouveau mode de chauffage. Bien évidemment, cette décision a grandement déplu les acteurs majeurs du secteur du gaz.

Pour prendre un exemple, le président de l’Association française de gaz, Patrick Corbin affirme que « le réseau de gaz naturel sera de plus en plus renouvelable d’ici 2050 ». Pour lui, cette nouvelle réglementation s’apparente plutôt comme une « intention politique » qui ne prend pas en compte le gaz renouvelable dans les logements neufs.

Aujourd’hui, il existe des solutions plus écologiques qui permettent de chauffer la maison et d’économiser de l’énergie : pompe à chaleur, chaudières à granulés de bois, réseaux de chaleur… Cependant, il est important de noter que ce type d’équipements est loin d’avoir convaincu la majorité des consommateurs.

De ce fait, la RE 2020 risque d’entraîner un retour en force du chauffage électrique, qui toujours fortement présent actuellement dans les logements neufs ou anciens. Même si les pouvoirs publics souhaitent éviter cela, il est évident que de nombreux consommateurs se tourneront vers les radiateurs électriques d’ici l’été 2021.

Découvrir aussi :  Comment obtenir un prêt immobilier sans être titulaire de la fonction publique ?

Comment anticiper les conséquences de cette nouvelle réglementation ?

Il faut savoir que la RE 2020 sur l’utilisation du chauffage à gaz dans les logements neufs concerne tous les résidents en France. Afin de respecter le seuil maximum d’émissions de CO2, la réalisation des travaux de rénovation énergétique est une excellente alternative.

Aujourd’hui, il existe des dispositifs d’aide financière qui permettent de faciliter la transition énergétique. Pour prendre un exemple, le crédit d’impôt transition énergétique s’est transformé en une prime appelée MaPrimeRénov’. Il s’agit d’une aide accessible pour les travaux de rénovation énergétique. Cependant, il faut savoir qu’elle s’adresse particulièrement aux ménages modestes et très modestes.

Enfin, tout projet de construction débuté après l’été 2021 devra donc respecter le seuil fixé par la RE 2020. Pour cela, il sera important de faire appel à un bureau d’étude thermique et à opter pour des solutions renouvelables en ce qui concerne le chauffage du logement.