Investissement

Investir en résidence étudiante : quels sont les pièges à éviter ?

Il y a quelques précautions à prendre, même si c’est la première fois que vous cherchez un logement étudiant. Évitez de vous inscrire à un trop grand nombre d’offres et vérifiez le loyer moyen du marché. Ce sont autant de bons réflexes à avoir pour ne pas tomber dans les pièges. Nous allons vous montrer comment les repérer et vous aider à trouver le logement idéal.

Avant toute chose, il est important de connaître la loi ALUR.

La Loi Acces au Logement et Urbanisme Renove, également connue sous le nom de Loi ALUR, est une loi qui est en vigueur depuis 2014. Cette loi, ou Loi Acces au Logement et Urbanisme Renove, décrit les conditions de location des logements.

La loi ALUR décrit les droits et les obligations du locataire et du bailleur. Connaître les termes de la loi ALUR peut vous aider à éviter la plupart des écueils liés au logement étudiant.

Le bail étudiant et la loi ALUR

Cette loi définit le contrat de location meublée pour étudiant. Il est d’une durée de 9 mois et, surtout, sans tacite reconduction. Cette caractéristique peut être avantageuse tant pour l’étudiant que pour le propriétaire. L’étudiant n’a pas à payer de loyer pendant l’été.

Découvrir aussi :  APL et Loi Pinel : est-ce compatible ?

Il peut rentrer chez lui ou partir en vacances. Le propriétaire peut louer l’appartement sur une base saisonnière. Vous devez également savoir qu’il existe un autre type de bail étudiant. Il s’agit du bail mobilité étudiant.

Ce que dit la loi ALUR au sujet du délai de préavis

Vous êtes plus ou moins autorisé à quitter votre logement étudiant en tant que locataire. Le délai de préavis pour les logements étudiants situés dans une zone tendue est réduit à un mois. Dans tous les autres cas, le préavis est de 3 mois.

La loi ALUR impose des plafonds

Cette loi sur le logement plafonne les frais d’agence ainsi que le montant des dépôts de garantie. Vous ne devez pas payer plus de deux mois de loyer pour un logement meublé.

investir dans logement etudiant

Les logements non meublés ne nécessitent qu’un mois de loyer. Si le propriétaire vous demande de payer plus, il n’est peut-être pas dans son bon droit.

Une liste complète des meubles

La loi exige que les logements locatifs soient adaptés à l’habitation dans tous les cas. Cela comprend une liste de caractéristiques relatives à la sécurité et à la santé du logement, ainsi qu’à l’état général du logement.

L’étudiant, en tant que locataire, a le droit de demander un état des lieux avant de signer le bail. La loi Alur précise le mobilier et l’équipement minimum dont doit disposer un logement meublé.

Éviter les vendeurs de listes

Il est parfois difficile de trouver un logement étudiant à louer. Ce n’est plus une recherche dans certaines villes étudiantes mais une chasse. Les étudiants sont également exposés au même impératif que lorsqu’ils font la course à un poste d’étudiant. Tous deux sont la proie d’escrocs qui savent comment soutirer chaque centime.

Découvrir aussi :  Les dimensions d'un garage double : quelles sont-elles ?

Les marchands de listes sont l’un des escrocs les plus connus. Il s’agit d’escrocs qui proposent une liste de propriétés répondant à vos attentes en échange d’une rémunération. Cette liste peut exister ou non. Il ne s’agit pas d’une liste contenant des perles rares ou de bonnes affaires. Vous pouvez trouver ces hébergements en faisant vos propres recherches en ligne.

Les réservations ne sont pas obligatoires

Il est normal d’hésiter lorsque vous trouvez un logement qui correspond plus ou moins à ce que vous recherchez. Vous trouverez très probablement quelque chose de mieux que ce que vous recherchez ou rien du tout. Les propriétaires peu scrupuleux peuvent essayer de vous faire payer un acompte, conscients du dilemme auquel les locataires sont souvent confrontés. Ceci est contraire à la loi Alur.

investissement residence etudiante

Vous n’êtes pas obligé de vous soumettre à un tel chantage. Si vous estimez qu’il s’agit d’une excellente opportunité, vous devez poursuivre votre démarche normalement. Il est important de ne jamais rien payer sans avoir visité les lieux et signé un bail. Vous risquez de perdre tout votre argent si vous ne le faites pas.

Fiez-vous aux superbes photos des sites d’annonces

Vous ne devez pas seulement distinguer les fausses annonces des vraies. Vous devez également visiter les lieux. Les annonceurs publient des photos qui sont méticuleusement triées. Ce sont les photos les plus populaires. Bien que ces photos puissent sembler fidèles à la réalité, ce n’est pas toujours vrai.

Vous n’êtes pas obligé de visiter le bien en personne, limitez donc votre recherche aux annonces proposant des visites virtuelles. Ces caractéristiques peuvent être un signe de sérieux de l’annonceur. Toutefois, rien ne vaut une visite du bien.

Découvrir aussi :  SCI familiales et formulaire 2072 : quel fonctionnement ?